« Apparemment l’Etat doit entièrement rembourser les souscripteurs de l’agro-business. Oui entièrement puisque les ivoiriens ont fait confiance à ces entreprises parce que l’Etat a crédibilisé ces entreprises qui se sont constituées légalement » a soutenu le Président du FPI, Pascal Affi N’guessan lors d’une conférence de presse.

« Les ivoiriens l’ont fait de bonne foi et l’Etat doit prendre ses responsabilités et payer entièrement », a-t-il ajouté, dressant un tableau obscur du pays suite aux différents remous sociaux.

Poursuivant, il a proposé au Président Alassane Ouattara la constitution d’un gouvernement de transition pacifique pour remédier aux remous sociaux. Pour lui,  tous ces mouvements sont dus au taux élevé de la pauvreté que connais la Côte d’Ivoire.

M. Affi a par ailleurs appelé à la mobilisation des partis politiques et la société civile pour la constitution d’une force d’action unitaire, indiquant que des démarches sont en cours pour la mise en place du mode opératoire.

Face à la prolifération des sociétés dites d’agro-business et assimilés, une étude a été menée par les services compétents de l’Etat et des acteurs du système financier, en vue de faire la lumière sur la nature des activités desdites sociétés et de cerner les risques encourus par les populations.

Le gouvernement ivoirien a dévoilé, récemment, les résultats d’une enquête sur les entreprises agro-business, faisant ressortir 28 entreprises agro-business dénombrées avec 36 699 souscripteurs qui ont investi 66 milliards de FCFA pour une promesse totale de 660 milliards de FCFA.

Mercredi, le ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste, Porte-parole du Gouvernement ivoirien, Bruno Nabagné Koné avait indiqué à l’issue d’un Conseil de ministres que le remboursement du capital investi des souscripteurs des entreprises d’agro-business démarrera avant la fin du mois de février 2017.

MC/ls/APA