Apparition des seins chez les garçons : des huiles essentielles incriminées

0
120


Il existerait un lien entre l’utilisation de certaines huiles essentielles et le développement d’une gynécomastie (augmentation anormale des seins chez les garçons).

Alors qu’une récente étude alertait sur de possibles effets hormonaux des produits anti-poux aux huiles essentielles, une nouvelle étude se penche sur ces éventuels effets. Ici, ce sont les huiles de lavande et de tea tree qui sont soupçonnées d’interagir avec les hormones et d’induire la formation de seins chez les jeunes hommes, selon les résultats d’une étude présentée au Congrès annuel de la Société d’Endocrinologie à Chicago, Etats-Unis. Les composés chimiques de ces huiles stimuleraient les œstrogènes et inhiberaient la testostérone.

L’huile de lavande et l’huile de tea tree sont parmi les huiles essentielles  les plus populaires aux États-Unis. Elles sont aussi bien utilisées en aromathérapie que comme alternatives à certains traitements médicaux ou pour l’hygiène personnelle. On en retrouve dans divers produits de consommation : savons, lotions, shampoings, produits coiffants, eau de Cologne, détergents…

LES HUILES ESSENTIELLES INTERAGISSENT AVEC LES HORMONES SEXUELLES

Les chercheurs ont analysé huit composants de ces deux huiles essentielles et testé leurs interférences avec les hormones sexuelles. Dans le détail, 4 de ces composants se retrouvent dans les deux huiles (eucalyptol, 4-terpinéol, dipentène/limonène et alpha-terpinéol) tandis que les 4 autres se retrouvent dans l’une ou l’autre (acétate de linalyl, linalol, alpha-terpinène and gamma-terpinène).

Pour les besoins de l’expérience, les chercheurs ont travaillé sur des cellules cancéreuses humaines. Résultat, ils ont observé que toutes ces substances avaient des propriétés « oestrogéniques » et/ou « anti-androgénique », avec une activité plus ou moins importante. Autrement dit, les substances en question agiraient comme des hormones sexuelles féminines tout en inhibant les hormones sexuelles masculines.

Selon J. Tyler Ramsey de l’Institut des sciences de l’environnement du Caroline du Nord (Etats-Unis), qui a travaillé sur l’étude, ces effets seraient les mêmes que ceux que l’on observe de manière « naturelle » dans les cas des gynécomasties (développement de glandes mammaires chez l’homme) chez des garçons pré-pubères.

Les résultats de cette étude sont vraiment à nuancer dans la mesure où les tests ont été réalisés in vitro sur des cellules cancéreuses.

« Notre société considère que les huiles essentielles sont sûrs mais ils contiennent en réalité des substances chimiques qui peuvent potentiellement agir comme des perturbateurs endocriniens », explique J. Tyler Ramsey.

Avec topsante.com

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here