Venus nombreux pour répondre à l’appel des organisations des souscripteurs de l’agrobusiness, et  réclamer le dégel des comptes des différentes entreprise,  les investisseurs de ce business n’ont pas eu le temps d’entamer leur réunion  quand il leur a été réclamé de quitter les lieux avant d’être dispersés par la police 10 mn plus tard à l’aide de gaz de lacrymogène.

 ‘’ Nous demandons à l’état le paiement de notre retour sur investissement (RSI), qu’il dégel les avoirs de nos maisons de souscription c’est tout ce que nous demandons’’ a martelé M. Bamba, administrateur dans une société bancaire.

 ‘’ Libérez les comptes, libérez les comptes, libérez les comptes ….’’ Scandaient les manifestants venus se réfugier par centaines dans le parking auto du super marché Sococé après avoir été dispersés par des tirs de gaz de lacrymogène.

 Une demie heure plus tard, la voie du Boulevard Latrille a été envahi par ces centaines de manifestants fermant à parti du carrefour Duncan jusqu’à l’entrée du carrefour de l’ENA, ou aucune voiture ne pouvait circuler.

Des barricades ont été érigées à ces différents carrefours pour empêcher toutes les circulations. Un quart d’heure plus tard, un cargo de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) est arrivé en renfort.

 ‘’Suite au communiqué du Trésor qui demande que les souscripteurs rendent au Trésor pour se faire rembourser, nous avons décidé de réunir les souscripteurs à l’espace Sococé pour donner des informations et expliquer exactement le projet de l’état. (…). Un courrier a été déposé à la mairie qui nous a octroyé l’espace et c’est tard dans la nuit que nous avons reçu un appel interdisant la manifestation’’ a expliqué Abou Dramane Traoré membre de la coalition des associations des souscripteurs.

‘’ Pour ça , nous disons non parce que il y a des personnes qui sont venues de l’intérieure nous avons une autorisation de la mairie’’ a-t-il ajouté.

 ‘’Ce que le Trésor ne dit pas aux souscripteurs c’est qu’il y a 3 critères pour se faire rembourser. Celui qui a déjà perçu un premier paiement est disqualifié et ça le Trésor ne le dit pas. Et   c’est ce que nous sommes venus expliquer à nos amis et nous avons été gazés.  Il y a eu des interpellations mais pour le moment, je suis saisi de l’interpellation de 3 personnes’’, a ajouté M. Traoré

 ‘’ Ma sœur fait partie des personnes interpellées et ils sont au moins dix actuellement à la préfecture de police. Nous venons de l’avoir au téléphone’’ a renchérit à APA, un souscripteur qui a requis l’anonymat.

Face à la prolifération des sociétés dites d’agrobusiness et assimilés, une étude a été menée par les services compétents de l’Etat et des acteurs du système financier, en vue de faire la lumière sur la nature des activités desdites sociétés et de cerner les risques encourus par les populations.

Le gouvernement ivoirien a dévoilé, récemment, les résultats d’une enquête sur les entreprises agro-business, faisant ressortir 28 entreprises agro-business dénombrées avec 36 699 souscripteurs qui ont investi 66 milliards de FCFA pour une promesse totale de 660 milliards de FCFA.

Mercredi, le ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste, Porte-parole du Gouvernement ivoirien, Bruno Nabagné Koné avait indiqué à l’issue d’un Conseil de ministres que le remboursement du capital investi des souscripteurs des entreprises d’agrobusiness démarrera avant la fin du mois de février 2017.

MC/APA