Commerce: Qnet se défend d’être une société pyramidale et soutient les enquêtes du gouvernement ivoirien

0
94


La société de vente directe, Qnet, refuse d’être confondue aux entreprises pyramidales, comme certains veulent le faire croire.  Dans une note d’information dont nous avons reçu copie, elle rejette ces allégations. Par ailleurs, la société a exprimé son soutien à l’enquête du gouvernement ivoirien sur les sociétés pyramidales.

« Ce matin, QNET a été informé que le ministère de l’Economie et des Finances a ouvert une enquête ciblant les sociétés pyramidales. Ce sont d’excellentes nouvelles qui ont été étonnamment mal interprétées par certains médias ivoiriens, qui ont lié QNET à cet événement. Cela a entraîné beaucoup de confusion, car il a effacé la différence cruciale qui existe entre les sociétés pyramidales et les sociétés de vente directe légitimes.

La vente directe est simplement le processus de commercialisation des produits et services directement aux consommateurs, en face à face, loin d’un point de vente conventionnel.

Cela fait de QNET une entreprise tout à fait légitime. À l’heure actuelle, il s’agit d’une industrie d’environ 183 milliards de dollars américains, avec plus de 100 millions de personnes impliquées en tant que distributeurs de produits et de services.

QNET n’est PAS un système pyramidal: il n’offre pas un schéma rapide (si cela peut s’avérer lucratif, ce n’est pas facile ou instantané et les résultats ne viennent que lorsque le vendeur met du temps et des efforts); en outre, les vendeurs directs fournissent des produits et services de qualité réelle (ce qui n’est pas le cas des systèmes pyramidaux). Finalement, le recrutement de nouveaux membres n’est pas une obligation pour les vendeurs directs de QNET de gagner une commission. Ainsi qualifier QNET d’un système pyramidal est un mensonge parfait et un malentendu.

Néanmoins, il y’a beaucoup de spéculations sur le fait que la vente directe et les intrigues pyramidales sont coupées du même tissu. C’est pourquoi QNET est fortement en faveur d’une législation qui pourrait mieux encadrer l’industrie du marketing de réseau en Côte d’Ivoire. La compagnie serait heureuse d’aider le ministère de l’économie avec des directives provisoires basées sur leur expérience dans d’autres marchés législatifs.

En effet, pour une nation comme la Côte d’Ivoire, imposer des réglementations allant dans ce sens ne serait guère inhabituel. Des économies à croissance rapide comme la Malaisie, la Thaïlande et Singapour ont toutes adoptées des lois spécifiques qui réglementent et facilitent la vente directe. Ces lois et règlements sont conçus pour empêcher une industrie légitime d’être corrompue par des intrigants pyramidaux », lit-on dans le communiqué. 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here