«Le concours est exclusivement réservé aux instituteurs adjoints  avec le niveau BEPC cette année. Mais, je voudrais vous informer que nous avons des candidats qui ont la maîtrise, la licence, le BAC … Ça veut dire que la fonction enseignante intéresse de plus en plus les jeunes et je m’en félicite», a déclaré Mme Camara qui s’exprimait à l’issue d’une visite dans le centre de composition du Lycée classique d’Abidjan abritant 1000 candidats  sur des milliers répartis sur l’ensemble  du territoire national qui ont débuté ce jour,  les épreuves écrites du concours d’entrée dans les Centres d’animation et de formation pédagogiques (CAFOP).

 Ce niveau élevé des prétendants à la fonction enseignante est un gage « d’une éducation de qualité avec des enseignants de qualité», a-t-elle ajouté.  Relativement au  nombre de candidats en lice pour ce concours qui se déroule dans 168 centres de six directions régionales du ministère ivoirien de l’éducation nationale, Kandia Camara a répondu que « nous allons déterminer le nombre de candidats et de places à pourvoir après. C’est le premier ministre qui nous indiquera le nombre de places à pourvoir en fonction des postes budgétaires. C’est à la fin du concours que nous pourrons avoir le nombre exact de candidats », a-t-elle laissé entendre, se contentant de dire « qu’il faut savoir que ce sont plusieurs dizaines de milliers de jeunes qui participent à ce concours».

« Ce que j’ai pu constater, c’est qu’il y a beaucoup plus de femmes que d’hommes qui participent à ce concours», a fait remarquer Mme Camara  avant de s’interroger en ces termes: « Est-ce une féminisation de la profession ?  Je n’en sais pas grand-chose. Mais tout cela est une bonne chose».

Les six directions régionales du ministère de l’éducation nationale abritant ce concours, sont celles des villes d’Abidjan, Korhogo, Yamoussoukro. Abengourou, Man et Gagnoa. C’est le 09 janvier dernier que le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, a ouvert au titre de l’année 2017, le concours d’entrée dans les CAFOP, Institution où sont formés les instituteurs ivoiriens.

Seuls pouvaient faire acte de candidature, avait précisé le communiqué d’ouverture du concours, les titulaires du Brevet d’études du premier cycle (BEPC) âgés de 18 à 36 ans au 31 décembre 2016.

Au terme de l’opération d’achat des pochettes, première étape de ce concours, clôturée le 04 mars dernier, près de 70.000 candidats avaient été enregistrés. Le gouvernement ivoirien avait également  annoncé récemment, à l’issue d’un conseil des ministres,  qu’environ 5000 places d’instituteurs adjoints  sont à pourvoir au terme de ce concours. 

PIG/lb/ls/APA