« Il y a 19 cas de rackets. Sur ces cas, il y’a 27 personnes impliquées  que nous allons commencer à juger dès le jeudi », a annoncé le Commissaire du gouvernement Ange Kessi

« Tout comme le vol, le racket c’est tous les jours », a poursuivi le Commissaire précisant que son Tribunal n’agit que sur des plaintes et ne peut s’autosaisir.

Par ailleurs,  il a  indiqué que des enquêtes sont ouvertes sur les différentes mutineries que le pays a connues. «Pour janvier des personnes sont mortes et  3 personnes ont été arrêtées. Pour la dernière (mai), une enquête a été ouverte .Nous n’avons pas encore les résultats », a-t-il précisé.

Par ailleurs, le Premier responsable du Tribunal militaire d’Abidjan  a attiré l’attention des populations ivoiriennes sur des escroqueries liées à des concours  notamment à la police et à la gendarmerie.

Pour ces affaires, il annonce que 80 personnes seront jugées  d’ici  fin 2017. « Il faut faire attention. Il  s’est beaucoup développé », a regretté Ange Kessi parlant de ce phénomène.

SY/ls/APA