Côte d’Ivoire: Abidjan, l’Association interprofessionnelle des opérateurs de la filière déchets solides menace d’arrêter ses prestations le 23 février

0
103

 Dr Youssouf Soumahoro
© koaci.com-   Mercredi 14 février 2018 -L’Associationdesde ladéchets solides (AIFD) a fait ce, jour une déclaration relative à l’activité de ramassage des ordures ménagères.

Elle menace d’arrêter ses prestations Search prestations à la date du 23 février Search 23 février 2018 et s’oppose à l’arrivée de nouveaux opérateurs Search opérateurs prévue pour le mois d’avril 2018 et demande enfin au Gouvernement une date pour le paiement intégral des arriérés de 2015 et 2016 et les perspectives pour la vingtaine d’entreprises et 6500 emplois menacés.


Cette déclaration fait suite à une rencontre des professionnels de lades déchets tenue hier à son siège de Cocody II Plateaux.

Plusieurs points étaient à l’ordre du jour de cette rencontre, notamment l’analyse de la situation concernant l’activité de pré-collecte, collecte et le transport desménagers et assimilés (ordures ménagères) dans le District d’Abidjan. 

A l’issue de cette rencontre, l’AIFD a fait des constats qu’elle veut faire connaître aux autorités et à l’ensemble des populations de la Côte d’Ivoire.

Dans la déclaration en notre possession signé du Président Dr Youssouf Soumahoro, l’Association adresse ses félicitations à Sarahn Ouattara pour sa brillante nomination à la tête de l’ANAGED.

Selon l’AIFD, cette nomination donne l’opportunité à une vingtaine d’entreprises d’être dans le secteur par voie d’appel d’offres (23 lots à Abidjan et 12 lots à l’intérieur du pays).

L’AIFD constate néanmoins que depuis quelque temps, ses membres sont de plus en plus négligés, écartés, voire méprisés pour toutes les décisions qui concernent le secteur d’activité par le ministère de tutelle.

Il s’agit des critères de pré-qualification de l’appel d’offre international excluant lesnationaux. 

L’Association dénonce le fait qu’elle n’a pas été informée à l’annonce de la concession du service de propreté du District à desétrangers.

«C’est par voie de presse que nous avons appris, comme tout le monde, la signature d’une convention de concession à desétrangers (Portugais et Tunisiens), par la Ministre de la Salubrité, de l’Environnement et de Développement Durable, Anne Désiré Ouloto, » explique le Président. Il soutient que malgré toutes les difficultés de financement, lesnationaux ont toujours relevé les différents défis d’assurer la propreté du District d’Abidjan.

Dr Soumahoro déplore le fait que certaines clauses de cette convention interdisent auxétrangers de faire de la sous-traitance avec des entreprises locales.

Les professionnels dénoncent également la mise en place d’un nouveau système de gestion des Déchets solides ménagers et assimilés (ANAGED) à laquelle ils n’ont pas été associés ni informés.

«Ce que nous trouvons totalement inacceptable et méprisant, dans la mesure où c’est nous qui sommes pour le moment en activité. On ne devrait donc pas parler de notre activité sans nous associer, » a insisté Dr.

L’État reste devoir environ 20 milliards de FCFA de dette auxde ladéchets solides.

Le Président soutient qu’alors qu’ils étaient en attente de l’apurement de cette dette et des perspectives pour la vingtaine d’entreprises et les 6500 emplois dans le nouveau système de gestion des déchets, ils apprennent dans la presse que le secteur d’activité a été concédé à d’autresqui prendront service à partir d’avril 2018.

Vu la mise en place de l’ANAGED le 1er mars 2018, l’arrivée de nouveauxprévue pour le mois d’avril 2018, les professionnels demandent enfin au Gouvernement une date pour le paiement intégral des arriérés de 2015 et 2016 et les perspectives pour la vingtaine d’entreprises et 6500 emplois menacés.

Pour l’heure, lesnationaux disent qu’ils sont disposés à négocier.

Ils préviennent enfin que si rien n’est fait, ils ne répondront pas de ce qu’il adviendra du secteur de pré-collecte, collecte et transport desménagers et assimilés sur le District d’Abidjan. 

Wassimagnon, Abidjan 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here