‘’Cette phase expérimentale qui démarre aujourd’hui, constitue une avancée’’, a souligné le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, relavant dans la foulée les efforts consentis par le gouvernement pour la mise en œuvre de  cet ‘’ambitieux projet social’’ du Président Alassane Ouattara.

Poursuivant, il a exhorté les étudiants à une adhésion massive à ce projet qui va améliorer leurs conditions de vie et d’étude, car, a rassuré Amadou Gon Coulibaly, ‘’nous sommes attentifs à vos préoccupations’’.

Cette phase expérimentale permettra de ‘’tester’’ l’ensemble du dispositif avant la généralisation de la Couverture maladie universelle prévue en janvier 2018, a expliqué auparavant, le ministre de l’emploi et de la protection sociale, Jean Claude Kouassi.

Pendant six mois, 150 000 étudiants concernés par cette phase expérimentale bénéficieront du panier de soins et de médicaments de la CMU. La contrepartie financière estimée à 900 millions de FCFA sera assurée par l’Etat à travers la Caisse nationale de l’assurance maladie (CNAM), a précisé le ministre Jean Claude Kouassi.

A ce jour, plus de plus de 1,4 million de personnes ont été pré-enrôlées pour la CMU, tandis que 725 603 personnes ont totalement achevé leur enrôlement.

La  Couverture maladie universelle (CMU), est un système obligatoire de couverture du risque maladie au profit des populations résidant en Côte d’Ivoire. Le texte l’instituant, intègre le cadre global des efforts du gouvernement pour assurer une meilleure couverture sanitaire à tous les ivoiriens quel que soit leur niveau de revenu.

La CMU est constituée d’une seule caisse ce qui en fait ‘’un dispositif plus simplifié et moins couteux ». Il s’agit notamment de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) dirigée par Karim Bamba. Elle intègre les assurances et les autres acteurs du secteur en tant qu’organisme délégués.

Le système propose deux régimes, contributif et non contributif. Le premier régime qui est celui de ‘’base » propose un package minimum de soins offerts à toutes les populations de la Côte d’Ivoire à raison d’une contribution mensuelle de 1000 FCFA par assuré.

Le régime non contributif concerne les personnes en situation d’indigence pour qui l’Etat va injecter près de 49 milliards de FCFA dans les caisses de la CMU.

LS/APA