M. Abrahams s’exprimait dans un entretien à APA à l’université en marge d’une  cérémonie de don de trois panneaux solaires pour l’équipement d’un laboratoire de l’Université Félix-Houphouët-Boigny.

‘’L’Université souhaitait équiper l’un de ses laboratoires pour en faire un laboratoire vert en quelque sorte. Le dimensionnement de ce don était en fonction des besoins exprimés.  Nous avons la conviction que c’est à partir d’ici, de l’université que la révolution solaire va se mettre en marche’’, a expliqué le patron de Lumos Côte d’Ivoire.

‘’Si on veut réellement  le développement des énergies renouvelables et faire la transition écologique, c’est ici qu’il faut sensibiliser les étudiants. C’est eux qui vont porter ce message et concrétiser cette révolution en expliquant notre ambition en Côte d’Ivoire’’, a-t-il expliqué. 

‘’Le premier volet de notre partenariat,  c’est le don de 3 panneaux solaires d’une capacité de 240 watts pour équiper l’un des laboratoires’’, a poursuivi Stéphane Abrahams.

‘’Le troisième volet consiste à une offre de formation. Nous faisons nous-mêmes des formations dans les métiers d’énergies renouvelables. Le personnel qui a fait la démonstration aujourd’hui a été formé. Nous voulons intégrer des étudiants, leur faire participer à une formation qualifiante’’, a-t-il poursuivi.

‘’’Cette formation complètera l’effort de formation et de la diversité par une formation plus pratique auprès des acteurs du métier’’ a fait remarquer Stéphane Abrahams.

Selon lui, le ‘’secteur du solaire va connaître la même dynamique que celui du mobile a connue. Il y a quelques années personne ne pouvait imaginer la vitesse avec laquelle les ivoiriens ont adopté la technologie et les usages qu’ils en font’’

‘’Je pense qu’aujourd’hui nous sommes à l’aube de cette révolution du secteur de l’énergie’’, a-t-il conclu. 

LS/APA