« La  sous-région  ouest  africaine,  à  l’instar  d’autres  parties  du  monde,  est  le  théâtre d’attaques  terroristes  injustement  attribuées  à  l’islam.  Cette  situation  met  à  mal  le vivre  ensemble  et  menace  régulièrement  la  paix  sociale  à  l’intérieur  des  communautés », a expliqué à APA le Secrétaire exécutif de l’organisation de la jeunesse musulmane  en Afrique de l’Ouest (OJEMAO) Hamidou Yaméogo qui précise que «l’islam,  dans son étymologie et dans ses fondements, est diamétralement  opposé  à  la  terreur».

« Dans un contexte fait de confusions et d’assimilation sur le discours de l’islam, il est  fondamental  de  réfléchir  sur  le  rôle  que  peut  jouer  la  jeunesse  musulmane,  porte  flambeau  de  l’islam,  dans  la  promotion  des  vraies  valeurs  islamiques  dont  la  conjugaison concourt à la construction de la paix conforme à l’esprit de cette religion », argumente le Secrétaire exécutif à propos  de cette rencontre sous régionale en terre ivoirienne.

 « C’est  pourquoi,  à  la  suite  de  son  Congrès  de  Ouagadougou  en 2016  où elle  s’est  penchée  sur  la  contribution  de  la  jeunesse  à  la  lutte  contre  l’extrémisme  violent,  l’OJEMAO entend, à l’occasion  du Colloque  international d’Abidjan, engager  la jeunesse musulmane dans la  construction de la paix au sein de l’espace ouest africain », a-t-il ajouté.

L’utilisation adéquate des réseaux sociaux et l’immigration clandestine sont entre autres des sujets qui seront abordés pendant 48 heures par ces leaders d’associations de l’Afrique de l’ouest au cours de ces assises placées sous le haut patronage du ministre ivoirien de l’intégration africaine et des ivoiriens de l’extérieur, Ally Coulibaly.

Créée en 1993 à Orodara (Burkina Faso), l’Organisation de la Jeunesse Musulmane en Afrique de l’Ouest (OJEMAO) compte une trentaine d’organisations  de jeunes musulmans du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo.

En Côte d’Ivoire, elle est représentée par l’Association des élèves et étudiants musulmans de Côte d’Ivoire (AEEMCI) et l’Association des jeunes musulmans de Côte d’Ivoire (AJMCI).

SY/ls/APA