Dimbokro : Un enseignant à la retraite meurt en pleins ébats sexuels

0
62

La dernière randonnée sexuelle a été fatale à N.L., instituteur à la retraite. Il est décédé le 30 mars 2018, à Dimbokro, à la suite d’intenses chevauchées sexuelles, avec A.Y. son amante.

Selon des sources introduites, bénéficiant des retombées financières de ses services rendus à la nation, N.L. passait tranquillement ses jours de retraité, quand un Avc vient perturber sa santé. Changeant du coup sa physionomie et ses habitudes. Depuis lors, expliquent toujours nos sources, son épouse, au regard de sa défaillante santé, se fait distante. Le privant de temps à autre de ses envies sexuelles.

Touché dans sa dignité d’homme, l’ex-instituteur qui ne tient pas être jeté au placard, relève ce défi en traînant son regard dehors, en direction de la gent féminine. Dans sa démarche de conquérir le cœur d’une femme qui va lui permettre d’étancher son appétit sexuel, l’éducateur fait la rencontre de dame A.Y. Le rapprochement se fait sans difficulté. Vu que tous les deux fréquentent la même congrégation religieuse. L’homme revit pleinement l’amour.

Et là, le soir du 30 mars 2018, alors que leurs frères en Christ célèbrent le vendredi Saint, N.L. et dame A.Y. se retrouvent dans un hôtel de la ville. Prenant des dispositions particulières, l’homme « engloutit » un aphrodisiaque, capable de décupler son énergie et améliorer ses performances sexuelles. Hélas, c’est malheureusement sa dernière envolée sexuelle.

A relire:

De fait, au cours de la « chose » d’une intensité avérée, le pauvre homme, à l’âge avancé, est victime d’une attaque cardiaque. L’infortuné N.L. s’effondre sur la jeune dame. Cette dernière qui réussit à le dégager, se rhabille rapidement et part alerter le gérant de l’hôtel. Puis, prétextant aller chercher un taxi pour faire évacuer son amant à l’hôpital, elle se précipite dehors. Subterfuge en fait. C’était pour prendre la clé des champs. Le comprenant, le gérant de l’hôtel qui est habitué au couple, met tout en œuvre pour faire évacuer le retraité dans un centre hospitalier. Trop tard malheureusement. Son décès y est constaté. Et le samedi 14 avril dernier, l’infortuné N.L. est inhumé.

 

 

 

 

(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = « //connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1&appId=607728835948702 »;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));//platform.twitter.com/widgets.js//platform.linkedin.com/in.js

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here