« La culture client représente le changement de mentalité, de comportement, d’habitude et de méthode en matière d’accueil en particulier et de la relation client en général », a estimé Mme Kaba à cette occasion avant de souligner les enjeux d’un bon accueil pour les entreprises,  les administrations publiques et même pour l’État.

 « Premièrement, du fait de la concurrence dans de nombreux domaines d’activités, la clientèle devient exigeante. Ainsi, les effets d’une mauvaise relation client peuvent s’avérer contre-productifs pour l’entreprise. Deuxièmement, l’importance de la première impression est un facteur à ne pas négliger», a-t-elle fait remarquer ajoutant que  « la démarche qualité orientée client cadre parfaitement avec le concept de l’ivoirien nouveau prôné par le Président de la République ».

Expliquant ce concept  de l’ivoirien nouveau, Kaba Nialé a soutenu que cela « exige un changement de mentalité et de comportement de l’ivoirien en phase avec la stratégie de développement économique et sociale de notre pays. Il s’agit d’un ivoirien qui être accueillant, hospitalier, travailleur qui respecte les valeurs de son entreprise et de son pays».

Elle a,  par ailleurs,  témoigné  sa gratitude au concepteur de ce « baromètre de la qualité de l’accueil» avant de les inviter, pour terminer, à « poursuivre les efforts de vulgarisation de cet outil pour donner aux décideurs un tableau de bord sur la qualité de service et de la satisfaction client».

Cette distinction de Mme Kaba intervient dans le cadre de la deuxième édition du FICCA qui a eu lieu dans la capitale économique ivoirienne les 23 et 24 juin derniers.

PIG/lb/ls/APA