Eaux – Forêts : Alain Richard Donwahi invite à une prise de conscience collective sur les réelles potentialités

0
142


«Il est donc impératif de protéger nos forêts et de restaurer celles-ci pour rééquilibrer le cycle de l’eau. Il nous  faut également sauvegarder nos fleuves, nos rivières, nos lacs et nos zones humides, afin de préserver notre santé et offrir à nos concitoyens une eau abondante et de bonne qualité », a indiqué ce mercredi 21 mars, le ministre des Eaux et Forêts, Alain Richard Donwahi. Ce, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des forêts et la journée mondiale de l’eau.

Ainsi, selon le ministre, cette célébration, déclarée les 21 et 22 mars par l’Assemblée générale annuelle des Nations unies, doit être une occasion d’attirer l’attention du monde entier sur l’importance de l’eau et de la forêt. « Ces deux entités intimement liées sont d’une importance stratégique et vitale pour le développement des activités socio-économiques durables », affirme-t-il.

Alain richard Donwahi souligne que si la journée de la célébration de la forêt est une invite à réfléchir à l’exploitation de la nature face aux défis de la préservation des forêts et des ressources en eau, celle de l’eau a pour objectif principal, la prise de conscience de tous de  la nécessité d’une gestion intégrée de nos ressources en eau et d’une meilleure gouvernance de celles-ci. Ce, à travers les thèmes  respectifs retenus pour l’année 2018 : « Les forêts au service des villes durables » ; «Solutions pour l’eau basées sur la nature ».

Le ministre a déploré la pollution des eaux dans les bassins hydrologiques du Bandama, du Sassandra, de la Comoé, de la Bia ainsi que dans certaines forêts classées. « Cette situation a un impact négatif sur l’environnement, sur l’exploitation des forêts, sur la santé et le bien-être  social des populations, auxquels il convient d’apporter des réponses ».

Après avoir salué la déclaration du président de la République Alassane Ouattara, lors de son intervention à la tribune des Nations Unies en 2014 (l’engagement pour le développement d’une agriculture sans déforestation, et de recouvrer 20%  de notre territoire de couvert forestier), le premier responsable du ministère des Eaux et Forêts a exhorté les populations à protéger et restaurer la forêt. « Il nous  faut également sauvegarder nos fleuves, nos rivières, nos lacs et nos zones humides, afin de préserver notre santé et offrir à nos concitoyens une eau abondante et de bonne qualité », a-t-il poursuivi.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here