Elle a longtemps dû être ivre pour « supporter » le sexe, son problème est spécial

0
49


Dans sa vingtaine, elle a rencontré quelqu’un de génial, ils sont tombés amoureux et parlaient mariage. « Mais il y avait toujours un mais. » La douleur lors de leurs rapports sexuels était « insupportable ». « Je devais soit quitter mon corps ou soit être vraiment ivre pour supporter ça. Quand tu es avec quelqu’un qui t’aime beaucoup, c’est horrible. Il ne pouvait pas l’accepter. » Ils ont rompu. Callista avait le coeur brisé. 

Elle a consulté un premier médecin qui lui a dit qu’elle était parfaitement normale, atonomiquement parlant. Au fil des années, elle a vu plus de 20 docteurs différents. On lui a dit que c’était psychologique. Qu’elle culpabilisait probablement de faire l’amour avant le mariage, sachant ses parents extrêmement croyants.

Enfin, un spécialiste a mis un nom sur son problème: Callista souffrait en fait de vestibulodynie neuro proliférative congénitale. Elle a 30 fois plus de terminaisons nerveuses au niveau de l’ouverture de son vagin que la normale.

Elle a subi une petite chirurgie qui l’a libérée de ses douleurs. Pour fêter ça et voir si l’opération avait eu l’effet souhaité, elle a appelé un ami proche et lui a dit: « Allons-y! » Elle se souviendra toute sa vie de sa première relation sexuelle sans douleur. « Je n’arrivais pas à y croire. J’ai pleuré. »

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here