Hold-up sur le pont Félix Houphouët-Boigny : Des livreurs de lait attaqués ; plusieurs millions de F Cfa emportés

0
109

Le pont Félix Houphouët-Boigny, au Plateau, a servi de cadre idéal à des gangsters pour commettre un braquage. Un braquage qui leur a rapporté des millions de F Cfa.

Selon nos sources, le jeudi 15 février 2018, Rabdo S., magasinier, mandaté par l’entreprise qui l’emploie, va livrer des sacs de lait à un gros client, établi à Treichville. En retour, ce dernier lui dépose entre les mains la somme de 6 300 000 F Cfa. Du fric, dit-on, correspondant au prix de la marchandise qui lui a précédemment été livrée.

Après la transaction, le magasinier rejoint le chauffeur, à bord de leur véhicule de livraison. Puis, celui-ci démarre en direction des locaux de leur usine. En quittant la commune de Treichville, les deux employés s’engagent sur le pont Félix Houphouët-Boigny, au Plateau. Et les choses semblent bien se passer dans l’ensemble. Hélas, elles ne vont pas se terminer comme elles se déroulent en ce moment même.

A lire aussi;

De fait, alors que le véhicule de livraison négocie la descente du pont portant le nom du premier président de la République ivoirienne, un véhicule de marque Toyota, de type Rav 4, qui le suivait jusque-là, le dépasse à toute vitesse. Puis, ce véhicule vient subitement couper devant la camionnette de livraison de lait. La contraignant ainsi à un freinage brutal et à un arrêt forcé.

Mais comment expliquer cette façon de conduire ? La réponse qu’ils auront de cette question va complètement dépasser le magasinier et son chauffeur. De fait, un des quatre occupants de ce véhicule, à la curieuse manœuvre, met pied à terre. Ce dernier, arme à feu au poing, fonce sur les deux livreurs et leur intime l’ordre de ne point faire de geste. Du moins, autre que celui répondant à ses injonctions.

A relire:

Vraisemblablement très au fait de l’agenda des deux victimes, le gangster réclame à ces dernières, le sac contenant tout l’argent qu’elles viennent d’encaisser. De peur de se faire descendre, disent Rabdo S. et son collègue, ils accèdent à l’exigence du criminel. Ainsi, ils remettent le sac de sous au malfaiteur, qui rejoint aussitôt ses trois comparses à bord de leur véhicule, qui démarre en trombe.

Après avoir retrouvé leur sens et compris qu’ils ne rêvent pas, le magasinier et le chauffeur, qui prétendent n’avoir pas pu relever la plaque d’immatriculation de la voiture des malfrats, alertent leurs responsables auxquels ils expliquent qu’ils viennent d’être victimes d’un hold-up. Puis, ils se rendent à la police qui ouvre une enquête.

Une enquête qui permettra de faire tout l’éclairage sur cet acte de banditisme présumé. Parce que celui-ci ne manque vraiment pas de zones d’ombre. Vu que ces présumés criminels, pas du tout de même des devins pour savoir la transaction financière que devraient mener Rabdo S. et son compagnon.

 Un collabo leur a assurément filé l’information. Et qui c’est donc ce « pourri »  ? La même enquête vise à le démasquer, lui aussi.

 

 

(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = « //connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1&appId=607728835948702 »;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));//platform.twitter.com/widgets.js//platform.linkedin.com/in.js

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here