Incendie à Drocolor : Le colonel Issa Sakho (GSPM) explique et dresse le bilan

0
204

En attendant la fin de l’incendie qui s’est déclenché, le mercredi 6 décembre 2017, à l’usine Drocolor, à Marcory Zone 4, le colonel Issa Sakho du Groupement des sapeurs pompiers militaires a fait un bilan partiel et donné des explications sur ce sinistre. « Le GSPM  a été alerté vers 9 heures 5 pour un violent feu d’usine à l’entreprise Drocolor sur le Boulevard de Marseille. Donc sur les lieux, nous avons constaté un embrasement quasi généralisé de la structure et localisé des foyers dans la zone de production de l’usine. Malheureusement, les moyens d’extinction propres à l’usine n’étant pas fonctionnels, à cause de la coupure d’électricité, nous avons dû faire appel à beaucoup plus d’autres moyens. Donc tous nos moyens du GSPM sont présents. Nous sommes appuyés par des sociétés partenaires et par les forces françaises. A l’heure actuelle, nous avons pu enrayer les propagations aussi bien du côté de la Lonaci que du côté de Laborex. Donc, il n’y a pas de propagation possible. On a isolé le feu dans son volume initial qui est l’usine elle-même. Et actuellement, nous sommes en train de rassembler les moyens pour procéder à l’extinction finale », a-t-il confié.

Puis de faire le bilan partiel de l’incendie. « Les dégâts matériels sont effectivement importants, mais à l’heure actuelle, puisqu’on n’a pas encore passé feu éteint, on ne peut pas chiffrer les dégâts. Donc ça sera vraiment à la fin de l’opération qu’on pourra chiffrer les dégâts. Il n’y a pas de mort. Peut-être quelques incommodés juste par les fumées, mais nous avons une ambulance de réanimation avec un médecin qui les a pris en charge ».

A la suite du soldat du feu, Guy Bongo Jean, pilote de camion à Drocolor et témoin des faits lors du déclenchement de l’incendie a livré sa version. « Les produits chimiques sont des trucs qui sont très inflammables. C’était un petit foyer. Mais le temps de voir un peu comment il fallait intervenir, ça pris beaucoup d’ampleur parce que c’était très difficile. C’était aux environs de 9 heures. C’est comme ça que le feu est parti. On a essayé de l’éteindre puisqu’on a des collègues qui ont fait la formation. On a essayé de contenir le feu jusqu’à ce que les pompiers arrivent. Ça commencé par un petit déclenchement sur le nouveau disjoncteur d’un laboratoire. C’est allé très rapidement. On a du mal à expliquer. Pour le moment, on n’a pas encore toute la situation pour savoir s’il y a des blessés ou pas. Tout le monde est éparpillé. Il ya des pertes de matériels. On ne peut pas savoir au juste qu’est-ce qui est perdu », a-t-il dit.

D’autres employés de l’usine, témoins des faits, soutiennent qu’il y a eu mort d’homme et que le prénommé Fall, nouvellement employé à Drocolor, a été grièvement atteint et transporté à l’hôpital.  

Bien avant toutes ces interventions, un malentendu s’est produit entre un agent de Drocolor et un policier. L’employé qui tentait de faire sortir des marchandises de l’usine a été empêché par l’agent des forces de l’ordre. Finalement, la police a fait usage du gaz lacrymogène pour disperser la foule qui était sur les nerfs.

Plus tard, le directeur général de l’usine est intervenu pour rassurer les employés.

 

(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = « //connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1&appId=607728835948702 »;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));//platform.twitter.com/widgets.js//platform.linkedin.com/in.js

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here