Koumassi : Une restauratrice trouve la mort à la suite d’une fracture du pied

0
18

La vie ici bas, c’en est terminé pour dame Ami Sylla, grande restauratrice, qui a conquis le cœur de ses clients, avec ses spécialités culinaires. Notamment le Tchêp, le riz à la sauce arachide, sa sauce à base de feuilles. Tout comme sa soupe de pattes de bœuf. Des mets pour lesquels, ses différents points de vente, aussi bien à Koumassi qu’en Zone 4, étaient pris d’assaut, par ses nombreux clients. Cette dame connue pour être très affable est décédée dans la nuit vendredi 6 avril 2018.

 

De fait, après ses activités commerciales du mercredi 21 mars 2018, confient nos sources, dame Ami est en route pour son domicile. Mais alors qu’elle se retrouve au feu tricolore dressé devant la pharmacie de Koumassi, non loin de l’Hôpital général de la commune, elle est fauchée par un taxi-compteur.

Alors qu’elle est au sol, le taximan descend de son véhicule. Les genoux au sol et les deux mains ouvertes et placées contre les tempes, il lui demande pardon pour ce qu’il vient de lui faire. La restauratrice se relève. Et croyant à un choc, elle accepte les excuses du chauffeur de taxi à qui elle demande de partir.

Mais alors qu’elle veut poursuivre son chemin, Ami chancelle et se rend compte qu’elle a une fracture du pied. L’un de ses clients qui, à tout hasard, tombe sur la scène, la conduit à sa demande à son domicile. C’est de là, qu’Ami est évacuée à l’Hôpital général de Port-Bouët. Le médecin qui la reçoit, confirme la fracture, à la suite d’une radiologie. Et un plâtre lui est posé. Après quoi, la blessée grave est priée par le toubib, de revenir le lundi 9 avril 2018, pour lui ôter le plâtre. Soit environ trois semaine après.

A relire:

Dame Ami rentre à son domicile avec les siens, achète ses médicaments et suit son traitement à la lettre. Et apparemment, les choses évoluent positivement au point où la commerçante explique aux siens que tout va bien. Et d’ajouter qu’elle a hâte que la date retenue pour ôter le plâtre arrive. Car celui-ci la handicape fortement et réduit sérieusement sa mobilité. Ainsi, elle pourra reprendre son commerce et retrouver ses clients qui attendent son retour.

Bien malheureusement, ce désir de la commerçante ne se réalisera pas. Plus jamais d’ailleurs. Alors qu’on s’y attend le moins, la mort, cette grande faucheuse, va frapper. En effet, poursuivent nos sources, le vendredi 6 avril, Ami Sylla, apparemment encore pleine de vie, souhaite à sa table, du poisson à la braise pour le dîner. Ce que ses filles, elles aussi de véritables cordons bleus, s’empressent de concocter ce repas. Mais à peine prend-elle une bouchée, que la commerçante qui prétend être rassasiée, arrête de manger. Et d’inviter le reste de la famille à se régaler.

Mais aux alentours de 21h, les siens constatent que maman Ami, qui récite des sourates, a un malaise. Elle rassure qu’elle sent juste des picotements dans la poitrine. Un malaise qu’elle lie donc à une crise passagère d’ulcère d’estomac. Mais cette assurance ne suffit pas aux siens, qui la conduisent plutôt à l’Hôpital général de Koumassi. Sur place hélas, la pauvre rend l’âme de façon inattendue, après avoir récité des sourates.

Le mercredi 11 avril 2018, la dépouille de dame Ami Sylla est rapatriée au Sénégal, son pays, où elle est inhumée le samedi 14 avril 2018, à Touba, sa terre natale. Notons que la restauratrice laisse derrière elle, sept enfants et un époux incosolables. Tout comme ses nombreux clients, qui s’expliquent difficilement sa mort brutale.

 

 

                                                                      

 

 

                                                  

 

 

 

(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = « //connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1&appId=607728835948702 »;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));//platform.twitter.com/widgets.js//platform.linkedin.com/in.js

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here