L’opération « grand ménage » à Adjamé n’aura servit a rien , les ordures reviennent sur les trottoirs (reportage)

0
176

Hamsatou ANABO

Corbeille d’oranges pourries, des légumes et de la boue entassées dans plusieurs dépotoirs et à même le sol, cinq jours après l’opération “grand ménage“ initiée par le gouvernement ivoirien, les ordures reviennent sur les trottoirs d’Adjamé, le plus grand marché de Côte d’Ivoire, au Nord d’Abidjan.

Devant le marché Forum d’Adjamé, non loin de la mairie, plusieurs vendeurs d’articles se sont à nouveau installés le long du boulevard Nangui Abrogua, principale artère du marché, quelques jours après le déguerpissement et l’opération “grand ménage“.
Bacs d’ordures remplis ou les déchets sont entassées, dégagent une odeur nauséabonde qui ne semble pas gêner les commerçants.

« Le marché est devenu plus sale, les dépotoirs sont remplis et les gens versent les ordures à terre », se lamente Fanta Coulibaly, vendeuse de produits cosmétiques.
Balai en main, elle nettoie la boue entassée devant son étalage, tout en se plaignant de « l’indiscipline des commerçants du marché ».

Des sachets noirs dans lesquels des commerçants ambulants mettent leurs articles jonchent les principales routes du boulevard Nangui Abrogua.
« Lundi on avait nettoyé tout le marché mais regarde aujourd’hui comment c’est devenu encore plus sale », martèle Seydou Doumbia, vendeur de mèches.
Pour M. Doumbia, « nous payons des taxes au niveau de la mairie, c’est eux qui doivent nettoyer le marché et non nous commerçants », précise-t-il en jetant devant son magasin, un sachet d’eau, qu’il venait de boire.
Le 09 octobre, avant l’opération « grand ménage », un déguerpissement des étales anarchiques a eu lieu pour une meilleure organisation du marché.
« Je n’ai pas les moyens d’avoir un magasin formel, donc nous sommes obligés de mettre nos articles sur la route », explique le Nigérien Salissou Harouna, vendeur de chaussures.
Les yeux larmoyants, « Je suis venu travailler ici, je ne peux pas retourner dans mon pays les mains vides, il faut qu’on nous trouve une solution », confesse le jeune commerçant.
Debout sous un soleil de plomb, Bintou Touré, vendeuse de bijoux, estime que « le marché n’est pas sale, ce sont les gens de la mairie qui sont malhonnêtes ».
Stéphane Kipré, juge « les ivoiriens d’indisciplinés car le marché a été nettoyé le lundi mais aujourd’hui vendredi, on dirait qu’on n’a jamais passé un coup de balai ».
Le marché d’Adjamé a été le théâtre de plusieurs opérations de salubrité et déguerpissement des lieux anarchiques entres autres en aout 2011, février 2014, aout 2016 et octobre 2017.
Un agent de la police qui requiert l’anonymat explique que « c’est la faute de la mairie qui a donné le marché à la société de ramassage d’ordures Moaye, qui n’arrive pas à évacuer tous les déchets de la commune ».

A Adjamé, « personne n’est responsable de l’insalubrité », ironise l’agent de police, avant de continuer l’opération de déguerpissement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here