‘’C’est avec une profonde tristesse que nous écrivons ce message pour vous informer du décès subit de notre directeur exécutif, le Dr Babatunde Osotimehin. C’est un choc que nous avons du mal à digérer’’, écrit Antonio Guterres dans un message, transmis à APA par UNFPACôte d’Ivoire, exprimant ‘’ la profonde douleur de toute la famille du Système des Nations Unies’’ dans le monde.

C’est une grande ‘’perte personnellement pour moi, pour ceux qui ont travaillé en étroite collaboration avec lui, pour l’organisation et pour les femmes, les filles et les jeunes, à qui il a consacré sa vie’’, poursuit M. Guterres.

Pour le patron de l’ONU, le Nigérian Babatunde Osotimehin (68 ans) n’a jamais eu peur d’un défi et ‘’son leadership fort, même face à l’adversité, a contribué à maintenir la santé et les droits des femmes et des filles dans l’agenda mondial’’. 

Il a compris, selon le Secrétaire général des Nations Unies que ‘’les 1,8 milliard de jeunes à travers le monde sont réellement le plus grand espoir pour l’avenir – non un défi à relever- mais beaucoup plus une solution, des sources d’innovation, de la prospérité et de la paix’’ soulignant la ‘’fierté’’ du disparu pour ‘’le travail de l’UNFPA dans le monde pour sauver et transformer des vies’’.

‘’Maintenant, il appartient à chacun de nous de continuer à relever le défi, comme il l’a toujours fait, à défendre les droits de l’homme et la dignité de tous, en particulier ceux des adolescentes les plus vulnérables, à maintenir les acquis et à faire avancer l’agenda de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD). C’est ce que le Dr Babatunde aurait attendu de nous… ‘’, conclut Antonio Guterres.

 Pour sa part, le bureau de l’UNFPA en Côte d’Ivoire adresse ses ‘’sincères condoléances et sa profonde compassion à sa famille, à la famille des Nations Unies, aux Partenaires au développement et à tous ceux qui sont affligés par cette perte’’. 

Médecin de formation, Babatunde Osotimehin avait dirigé l’Agence nationale contre le Sida du Nigéria avant d’occuper les fonctions de ministre de la santé de son pays. Il était depuis janvier 2011, le quatrième Directeur Exécutif de l’UNFPA. Dr Babatunde laisse une veuve et 5 orphelins.

HS/ls/APA