Pendant trois jours, les délégués des 54 sociétés nationales de la Croix rouge et du croissant rouge réfléchiront sur les moyens innovants d’investir dans la résilience des communautés.

Mme Ouattara qui a dit avoir été inspirée par le président de la Croix rouge française Marc Gentilini en 1998 pour créer sa Fondation Children of Africa s’est réjouie que cette importante réunion panafricaine se tienne à Abidjan.

« Le thème choisi pour cette conférence axe les réflexions sur la nécessité d’offrir de nouvelles possibilités de partenariats pour un financement des actions humanitaires des sociétés nationales de la croix rouge et du croissant rouge (…) nos convictions convergent en termes d’humanité, de solidarité, de fraternité et d’entraide’’ a-t-elle souligné.

Dr Abbas Gullet, Vice-président de Fédération internationale de la Croix rouge a indiqué dans son allocution que la lutte contre la maladie à virus Ebola a mis en relief le rôle essentiel que jouent les communautés locales de la Croix rouge dans les efforts visant à contenir les crises sanitaires et à répondre à d’autres défis.

« L’une de nos plus grandes priorités portera sur la nécessité de mieux soutenir la réponse aux situations d’urgence au niveau communautaire », a-t-il ajouté.

Pour le président de la Fédération internationale des sociétés de la Croix rouge et du Croissant rouge Tadateru Konoe , cette 9ème conférence se tient au moment où le continent africain enregistre l’une des pires crises humanitaires de son histoire.

« La famine a été confirmée dans certaines parties du Sud Soudan et est imminente au Nigeria et en Somalie (…) il s’y ajoute une grave crise alimentaire qui menace les communautés dans d’autres pays tels que le Kenya et l’Ethiopie » a-t-il relevé.

« Nous attendons de la croix rouge un appuie essentiel. (…) nous devons être des volontaires de secours en temps de crise et des volontaires de développement en temps de paix », a pour sa part ajouté la ministre ivoirienne de la santé et de l’hygiène publique, Raymonde Goudou Coffie. La conférence panafricaine se tient tous les 4 ans dans un pays africain.

MC/ls/APA