Pas de nationalité française pour une Algérienne « rebelle »

0
39

FranceCopyright de l’image
MICHEL EULER

Image caption

Le Président français Emmanuel Macron lors d’une cérémonie de naturalisation, Orleans, 2017

En France, une cour d’appel a confirmé une décision de refus de la nationalité française à une femme algérienne pour le motif qu’elle n’avait pas accepté de serrer la main d’un haut fonctionnaire.

Cette femme, dont l’identité n’a pas été révélée, a déclaré que ses « croyances religieuses » l’empêchaient de serrer la main d’un homme et donc par conséquent du haut fonctionnaire de sexe masculin lors d’une cérémonie de citoyenneté.

Le gouvernement justifie sa décision par le fait que la ressortissante algérienne n’était « pas assimilée à la communauté française ».

Elle a fait appel de la décision mais la plus haute cour administrative de France n’a pas donné de suite favorable à sa requête.

Une pétition pour la naturalisation des tirailleurs

La femme algérienne est mariée à un Français depuis 2010.

Lors de la cérémonie de citoyenneté 2016 dans la région sud-est de l’Isère, autour de Grenoble, elle a refusé de serrer la main du président de la cérémonie ou d’un politicien local.

Dans l’enseignement islamique, les poignées de mains entre hommes et femmes non liés sont interdites.

Emmanuel Macron, le nouveau visage de la France

« La nationalité française aux tirailleurs »

Le gouvernement lui a ensuite refusé sa naturalisation, estimant qu’elle « n’était pas assimilée » pour avoir évité un rituel symbolique.

C’est l’une des raisons pour lesquelles l’État peut refuser la citoyenneté au conjoint d’un ressortissant français en vertu du code civil.

La femme algérienne a qualifié cette décision d' »abus de pouvoir », mais le Conseil d’Etat l’a confirmé.

Le tribunal de dernière instance a déclaré que le gouvernement n’a pas « mal appliqué » la loi.

En 2016, une autorité régionale suisse a décidé que deux élèves musulmans d’une école suisse devaient serrer la main de leur enseignante ou faire face à une amende.

Leur exemption avait provoqué l’indignation dans le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here