Selon les termes de références expliquant le contexte de ce projet, la ville de Bouaké qui est située dans une zone de transition entre la zone équatoriale humide du Sud et la zone soudanienne sèche du Nord verra dans les années à venir ces écosystèmes perturbés du fait même du changement climatique avec une satellisation de la région.

 En termes de captation des Gaz à effet de serre (GES), cette ville du Centre-Nord ivoirien dispose de peu d’espaces verts (environ 2% de sa superficie urbanisée) du fait d’une déforestation abusive pour le bois d’œuvre et pour le charbon de bois lors de la crise militaro-politique (2002-2010), souligne le texte. 

C’est donc dans ce contexte que la commune de Bouaké a formulé le projet BOVIVE-CD pour s’inscrire dans la dynamique de la convention des Maires qui regroupe 6 600 collectivités locales européennes volontaires. Cette plateforme des maires s’inscrit dans la politique énergétique de l’UE, qui vise à une réduction d’au moins 20 à 40% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020.

Mis en œuvre par la commune de Bouaké avec l’’appui des Organisations non gouvernementales (ONG) Centre international de développement et de recherche (CIDR) et la Délégation de la fondation Akwaba (DFA) le programme de BOVIVE-CD s’articulera autour de plusieurs activités.

 Il s’agit, entre autres, des séances de sensibilisation de masse sur les gestes d’éco-citoyen, de la mise en place d’une gouvernance locale sur le développement durable ainsi que la mise en œuvre d’actions modèles et expérimentales pour la lutte contre le changement climatique. 

‘’Aujourd’hui il n’ya plus lieu de polémiquer sur la question du changement climatique. Ça se voit à vue d’œil ça se vit quotidiennement. Nous sommes en décembre et le mois dernier on était en novembre nous avons eu des pluies diluviennes comme si nous étions au mois d’août. ‘’C’est la preuve que le climat change et ce changement n’est pas très bon puisqu’il n’est pas maitrisé par la population’’ a expliqué à la presse, le maire de Bouaké Nicolas Youssouf Djibo. 

Selon M. Djibo, le projet BOVIVE vient donc apporter une réponse à cette problématique en proposant un plan d’action sur le développement durable de la ville de Bouaké.

Le plus important, a-t-il souligné ‘’c’est de permettre à ce que chaque citoyen de Bouaké soit un bon citoyen qui sache préserver l’avenir de façon à ce qu’on puisse laisser à nos enfants une situation appréciable’’.