RDC : 8 morts dans des manifestations

0
87

Char congolaisCopyright de l’image
Getty Images

Image caption

Pourtant les Nations unies et les chancelleries avaient appelé au respect du droit à manifester.

Les forces de sécurité de République démocratique du Congo (RDC) ont réprimé dimanche des messes dans des églises à coups de gaz lacrymogène, et empêché des marches après l’appel des catholiques à manifester contre le maintien de Joseph Kabila.

Au total huit personnes ont été tuées et une centaine d’autres arrêtées à l’occasion de ces manifestations organisées contre le maintien du président Kabila au pouvoir.

Selon une source onusienne, sept personnes ont été tuées à Kinshasa et une autre à Kananga dans le centre du pays.

« Il y a eu 82 arrestations, dont des prêtres » à Kinshasa et « 41 autres dans le reste du pays », a ajouté la même source, selon l’AFP.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans un communiqué à New York, a appelé « le gouvernement et les forces nationales de sécurité à faire preuve de retenue et à respecter les droits du peuple congolais aux libertés d’expression et de manifester pacifiquement ».

L’internet avait été coupé, plusieurs barrages policiers ont été positionnés sur les grands artères.

Ces marches ont été organisées par les catholiques congolais, un an après la signature sous l’égide des évêques d’un accord prévoyant des élections fin 2017 pour organiser le départ du président Joseph Kabila.

Trois personnes ont été blessées par balles à la paroisse Don Bosco dans la commune de Massina, selon certaines sources.

A Lubumbashi (sud-est), deuxième ville du pays, trois personnes ont été blessées par balles quand les forces de sécurité ont ouvert le feu alors que les catholiques tentaient de manifester à la sortie d’une messe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here