L’équipe masculine du Kenya a remporté son unique médaille de ces jeux en finissant sa course en 7 : 13.70 à la finale du 4X800m, remportée par les USA avec un temps de 7 : 13.16.

Quant à l’équipe du Botswana, elle a terminé sa course à la 2è position en finale du 4X400 masculin en 3 : 02.28 à seulement 15 s des USA, arrivés en 1er avec un temps de 3 : 02.13. La Jamaïque ferme la marche de ce podium.

Privée de son métronome Blessing Okagbaré, l’équipe féminine de relais du Nigeria a été la grande déception de cette compétition.

 Lindsay Lindley (28 ans) et ses jeunes co-équipières dont Mercy Ntia-Obang (20 ans) n’ont pas réussi à rééditer l’exploit de leurs devancières qui avaient remporté la médaille d’or sur 4X200m lors de la 2è édition de ce tournoi en 2015.

A l’issue de ces deux journées, les Etats Unis d’Amérique conservent le Bâton d’or pour la 3è fois consécutive en remportant les phases finales de 5 séries sur les 9 qui étaient en jeu.

Les Américains terminent donc à la 1ère place au tableau général avec 60 points. Les USA sont suivis de la Jamaïque (2è avec 39 points) et de l’Australie (3è avec 24 points).                                                                     

Le Kenya avec 16 points occupe le 6è rang, suivi du Botswana (11è avec 10 points). Le 3è représentant africain, le Nigeria occupe la 16è place du classement général avec 6 points. L’équipe des refugiés sportifs a fini quant à elle a la 21è place.                                                                              

Le Brésil, les Iles Vierges Britanniques et Antigua Barbuda ferment la marche de ce tableau.

Au total 34 pays ainsi qu’une équipe spéciale composée de refugiés ont pris part à cette 3è édition de l’IAAF/BTC World Relays Bahamas.                                   

CK/hs/ls/APA