Riviera : Un enfant reçoit ses cadeaux et est découvert mort dans la piscine de la résidence

0
55

Après avoir reçu de très beaux cadeaux, à l’occasion cette fête de Noël, le petit I. Vladysar, ressortissant ukrainien, âgé seulement de deux (02) ans environ, espérait bien d’autres Noël, pour voir ses parents lui offrir d’autres très jolis cadeaux.

Hélas, le pauvre môme venait là, de célébrer sa dernière fête de Noël. Il venait là, d’obtenir de ses géniteurs, ses derniers cadeaux de Noël. L’infortuné ayant péri dans une noyade, à la Riviera-Attoban, dans la commune de Cocody.

Sur ces tragiques faits, nos sources expliquent que le petit garçon et son père, qui est ingénieur des travaux publics, répondant aux initiales K.O., vivent à la Riviera-Attoban. Précisément dans la résidence de D.N., ressortissant français, également ingénieur des travaux publics. Cet homme est ce que l’on appelle un tuteur pour son père. Même s’ils ne sont pas de la même nationalité, la vie dans ce domicile, entre Européens, est tranquille.

Puis, arrive ce lundi 25 décembre 2017, jour de la fête de Nöel. Déjà, très tôt le matin, le petit I. Vladysar et les enfants du tuteur de son père sont réveillés. Ils sont tout excités et impatients d’entrer en possession des cadeaux à leur apportés par le père Noël. Père Noël dont des gosses de leur âge croient à l’existence réelle. Et pourtant…

Réveillés comme on l’a dit, les enfants découvrent au pied du sapin dressé, leurs merveilleux cadeaux. Ils sont enchantés et se mettent à courir et à sauter dans la cour de la résidence. Ils sont aux anges, ces petits anges. Et pendant ce temps, leurs parents devisent à l’intérieur de la villa.

Un peu plus tard, c’est D.N. qui prend momentanément congé des autres. Il sort donc de l’intérieur de la villa et vient dans la cour, en vue de prendre un peu d’air. C’est à ce moment que son regard est attiré par une présence humaine, dans la piscine de la résidence. Une présence, dans une posture inconvenante, n’augurant rien de bien. Il court et découvre qu’il s’agit du corps du petit I. Vladysar, flottant sur les eaux de la piscine.

Croyant que le gosse est encore en vie, il se jette à l’eau et le repêche, avant de l’étendre en bordure de la piscine. Puis, de ses cris de détresse, il alerte le père du petit garçon. C’est en courant que le pauvre papa s’éjecte de la maison et vient tomber sur les terribles faits. Son petit garçon est inerte. A deux, K.O. et D.N. qui croient encore pouvoir sauver l’enfant, tentent le tout pour le tout, pour le réanimer. En vain.

Espérant toujours l’impossible, ils alertent le Samu. Un équipage de cette structure médicale de secours se déporte à la résidence où le drame vient de se produire. Mais c’est avec désolation que ces sauveteurs expliquent que plus rien ne peut sauver le gamin. I. Vladysar est déjà mort, noyé.

Après cet assommant verdict, il est fait appel à la police. Des éléments du commissariat de police du 30ème arrondissement, se rendent sur place et procèdent à un constat d’usage. Puis, le corps du petit garçon que la vie a lâché, à seulement 2 ans, est enlevé par les services des pompes funèbres et déposé à la morgue.

Une enquête policière est à présent enclenchée, pour établir toutes les circonstances de la mort par noyade présumée, de l’enfant.

 

(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = « //connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1&appId=607728835948702 »;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));//platform.twitter.com/widgets.js//platform.linkedin.com/in.js

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here