Yamoussoukro : Le chef du village déshabillé et menacé d’être brûlé vif par des assaillants

0
92

Pour la deuxième fois au cours de cette année 2017, des individus non encore identifiés, munis de machettes et d’essence, ont attaqué le domicile de Nanan Tanoh Kouassi Georges, le chef du village de Môrôfé, localité située dans le district autonome de Yamoussoukro. Cet acte criminel qui porte la griffe d’un gang constitué d’au moins six gaillards encagoulés, a été commis dans la nuit du samedi 23 décembre 2017.

A en croire des informations sourcées, il est environ 20h, quand ces criminels escaladent la clôture pour se retrouver dans la cour de la résidence située à la périphérie du village. Une fois là, ces individus sans foi ni loi coupent l’électricité en sautant le compteur. Nanan Tanoh Kouassi qui est au salon en train de suivre la télévision, sort de la salle de séjour, pour voir ce qu’il se passe. Mais alors qu’il parvient à la terrasse, le chef est tenu en respect par ces bandits, qui lui arrachent ses téléphones-portables. Sous la menace des armes blanches, la victime est contrainte de se coucher à plat-ventre sur le sol, avant d’être battu à coups de plats de machette.

Aussitôt après, quatre des malfrats pénètrent dans la maison et s’introduisent directement dans la chambre de l’autorité villageoise d’où ils ressortent avec les bras chargés de biens. Les supplications de l’épouse du chef et de ses enfants n’altèrent en rien, les ardeurs à faire mal des assaillants. Ces derniers, non contents de faire main basse sur de l’argent et plusieurs autres biens matériels, se saisissent de leur principale victime, lui ôtent tous ses habits et la conduisent à quelques centaines de mètres de sa résidence. Précisément, du côté du foyer polyvalent du village.

A lire aussi:

«Nous allons te brûler, parce que tu es méchant», menacent-ils le chef. Mais quand les bandits constatent que les populations riveraines, alertées, commencent à se mobiliser, ils prennent rapidement la clé des champs. Abandonnant Nanan Tanoh Kouassi dans la pénombre. Mais avant de prendre la fuite, les gangsters se donnent d’abord le temps de violenter l’épouse le chef du village. La pauvre est même aspergée d’essence par ses agresseurs, menaçant aussi, de la brûler vive.

Alertés, des éléments de la police se rendent sur les lieux, afin de procéder au constat d’usage. Ils ouvrent tout de suite une enquête, dans l’espoir de mettre la main sur les auteurs et éventuels complices de cette attaque aux contours lugubres.

Rappelons qu’au mois de mai dernier déjà, des jeunes de Môrôfé, armés de gourdins, de pierres et divers autres objets, avaient assiégé cette même résidence du chef, aux environs de 4h du matin. Ils avaient coupé eau et électricité, lancé des projectiles dans la cour, puis enflammé de vieux pneus devant le portail. Une fois encore, il avait fallu l’intervention de la police pour repousser les manifestants qui disaient agir contre de présumées mauvaises pratiques du chef.

Est-ce les mêmes qui viennent d’attaquer une fois de plus ? Et que reprochent les inconnus au chef, pour qu’ils le traitent de méchant ? En tout cas, les investigations des forces de l’ordre sont en cours, pour éclairer l’opinion sur ces attaques.

 

 

(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = « //connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1&appId=607728835948702 »;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));//platform.twitter.com/widgets.js//platform.linkedin.com/in.js

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here