Culture

Rejet du projet de révision de la constitution, par Bédié – Dah Sassan répond :“C’est la politique du ”non” à tout”

photo archives

var td_screen_width = window.innerWidth;

if ( td_screen_width >= 1140 ) {
/* large monitors */
document.write(‘‘);
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
}

if ( td_screen_width >= 1019 && td_screen_width < 1140 ) {
/* landscape tablets */
document.write('‘);
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
}

if ( td_screen_width >= 768 && td_screen_width < 1019 ) {
/* portrait tablets */
document.write('‘);
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
}

if ( td_screen_width < 768 ) {
/* Phones */
document.write('‘);
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
}

Le mardi 14 janvier 2020, joint par le quotidien L’Intelligent d’Abidjan, le président du Rassemblement des jeunes du Rhdp, Dah Sassan a dit déplorer les récents propos du chef du Pdci-Rda Henri Konan Bédié, selon lesquels toute opération de modification de la constitution risque de perturber le jeu démocratique en cette année électorale, lors de la réception des vœux des militants de son parti, le dimanche 12 janvier 2020 à Daoukro.

«C’est une position totalement mal placée parce que, quand l’on annonce des changements, il faut d’abord poser la question de savoir qu’est-ce qui est concerné par le changement. On ne sait même pas si ce que la modification va induire, sera plus profitable à monsieur Bédié lui-même. Il ne le sait même pas et déjà il s’oppose à tout. C’est la politique du non à tout. C’est une position que nous déplorons.», a laissé entendre le député de Bouna, pour qui, tout sera mis en œuvre pour que «les meilleures décisions qui peuvent arranger le pays, puissent se prendre, et l’orientation que le Président de la République va donner, soit suivie.». «Il se trouve qu’un ivoirien éclairé, le Chef de l’État, après avoir parcouru le fonctionnement de toutes les institutions, estime qu’il y a lieu de faire un changement. Alors, il faut attendre qu’il nous soumette les justificatifs du changement avant de se prononcer. C’est à cela que j’appelle également monsieur Bédié. Il faut qu’il attende. Il est toujours couché quelque part, il n’est pas concerné par le fonctionnement des institutions, il ne sait pas ce qui se passe. Il faut qu’il attende de voir ce qui se passe, avant de se déterminer.», a-t-il recommandé à l’endroit du premier responsable du parti septuagénaire, selon qui, la reprise du dialogue politique entre le gouvernement et les partis politiques pour l’élaboration et l’adoption du nouveau code électoral n’est pas compatible avec une modification de la constitution qui interviendrait après que ce code a été adopté.

TAB avec IBK

Related posts

Interview – Directeur exécutif de Africa Events, Doudou Stevens Cissé :“Il faut créer des fondations parce que l’État ne peut pas tout faire”

admin

La chronique du lundi Eloge de la JMCA:Journée mondiale de la culture africaine

admin

18 ans de carrière musicale Koulibaly et Lider aux côtés de Nash, «go cra cra du djassa»

admin

Leave a Comment