Opinions

Orpaillage clandestin-Traoré Adam Kolia, conseil régional de l’iffou : « En ma qualité d’élu local, je voudrais dire grand merci au gouvernement »

var td_screen_width = window.innerWidth;

if ( td_screen_width >= 1140 ) {
/* large monitors */
document.write(‘‘);
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
}

if ( td_screen_width >= 1019 && td_screen_width < 1140 ) {
/* landscape tablets */
document.write('‘);
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
}

if ( td_screen_width >= 768 && td_screen_width < 1019 ) {
/* portrait tablets */
document.write('‘);
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
}

if ( td_screen_width < 768 ) {
/* Phones */
document.write('‘);
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
}

Le ministre des Mines et de la Géologie Jean Claude Kouassi a procédé le vendredi 14 février 2020 à l’inauguration du chantier-école de Nangbokro dans la région de l’Iffou.

À cette occasion, Jean Claude Kouassi a fait savoir que la région de l’Iffou est au cœur du combat engagé par le gouvernement pour débarrasser la Côte d’Ivoire de l’orpaillage clandestin. « C’est ici à Kouassidjétékro, Kongoti, Koutoukounou, Ouellé, Amankro, Angamankro, Ouellé-koumanou, Tiokonou, Prikro, Koffi-Amonkro Yaboikikro, Kouadio-Kplekro, Daoukro, Allokokro, que la Brigade de Représentation des Infractions au Code Minier a conduit ses premières opérations en démantèlement, du 25 avril au 4 mai 2019 et du 24 août au 4 septembre 2019, sur vingt-sept sites illégaux. Sur ces sites, nous avons saisi des pelleteuses hydrauliques, du minerai, des générateurs, des motocyclettes, des fusils, des groupes électrogènes, des pièces détachées, mais aussi, de la drogue, du mercure, et des quantités de produits nocifs. Sur les 34 orpailleurs clandestins interpellés et déférés devant les tribunaux à cette occasion, 9 ont été condamnés à 24 mois d’emprisonnement ferme et dix autres au paiement de fortes amendes à l’État de Côte d’Ivoire. Oui, chers parents, l’État agit, au quotidien, pour éradiquer l’orpaillage clandestin; et avec l’avènement de la Brigade de Lutte contre les Infractions au Code minier, sa volonté maintes fois affichée se traduit, désormais, par des résultats concrets et tangibles », a déclaré le ministre.

S’adressant aux jeunes, il a fait savoir qu’il y a pas un acte de la politique de développement du Président Alassane Ouattara et du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly qui ne procède pas du souci de faire, de la jeunesse ivoirienne, une partie prenante du développement.

Traoré Adam Kolia, le président du conseil régional de l’Iffou a fait savoir que l’orpaillage « sauvage et illégal dit clandestin » avait pris d’assaut la région de l’Iffou, lui faisant subir ses corollaires et mauvaises conséquences et de risques sécuritaires. Il a fait remarquer que face à cette situation, le président du Pdci Henri Konan Bédié s’est fait le porte voix des sans voix en dénonçant publiquement cette pratique dangereuse et les risques qu’elle fait peser sur la survie de la nation.

« Monsieur le ministre, je ne saurais ne pas saisir l’occurrence, pour relever le gros travail que vous abattez à la tête de votre département ministériel, et insister sur l’ingéniosité dont vous faites montre dans la lutte contre l’invasion de nos contrées par les orpailleurs hors la loi. En effet, la création de chantier-écoles de l’orpaillage est une réponse appropriée, non seulement à l’anarchie qui sévit dans le secteur, mais aussi une excellente opportunité de création d’emplois et donc d’occupation saine de la frange la plus importante de la population ivoirienne, mais aussi la plus délicate. Je ne doute pas que ces actions s’inscrivent dans le cadre de la politique sociale du gouvernement. En ma qualité d’élu local, je voudrais à travers vous, dire grand merci au gouvernement. Par ailleurs, vous voudriez bien traduire au président de la République, la reconnaissance des populations de la région de l’Iffou. Aussi, les populations de la région, ancienne boucle du cacao, qui a donné l’essentiel de sa substance à la Côte d’Ivoire, tant hier qu’aujourd’hui, ne doutent-t-elles pas que leurs besoins de substances de mieux être et de coexistence pacifique et heureuse avec tous les concitoyens et l’ensemble des populations vivant sur notre sol, demeurent au centre des actions de la République », a-t-il expliqué.

T.A.B avec Sercom

Related posts

Exclusif – Vers la liberté totale pour Laurent Gbagbo et Blé Goudé ?: Décryptage de l’audience du 6 février 2020 avec l’un des avocats de l’État ivoirien, Jean Paul Benoit

admin

Communiqué:Le Bureau régional multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest et StarTimes établissent un partenariat Press Release

admin

Infrastructures sportives:Le Champroux reprend du service en février, “le Félicia’’ ferme en avril

admin

Leave a Comment